Podcasts to empower women leadership

Podcasts to empower women leadership

🙌  I have selected for you 5 outstanding #podcasts on how you can become a powerful businesswoman by empowering your leadership skills.

 OUR RECOMMENDATION ON FEMININE LEADERSHIP PODCAST

1. Fierce Feminine Leadership 

This female empowerment podcast helps you to run a successful business thanks to the leadership expert advice:  Eleanor Beaton. Her weekly podcast episodes feature inspiring discussions and interviews with influential women in the business world as well as tips and practical tools that female entrepreneurs can use to implement into their businesses to help break down barriers, inspire confidence and help then march to success in the business world.

2. A Podcast of One’s Own with Julia Gillard

Julia Gillard, the first and only woman who has served as Prime Minister of Australia to date, hosts this podcast in her role as Chair of the Global Institute for Women’s Leadership. Her episodes are reserved for interviewing remarkable female leaders across various industries, from business, entertainment, media, and politics. The episodes are full of frank discussions on topics such as sexism, misogyny, feminism and what more can be done to address women’s issues in leadership. Gillard aims to address the causes of the underrepresentation of women in these roles to help clear the path for more women to find success at the top.

3. Fearless Women Podcast by Janice McDonald

Janice McDonald has Inspiring Conversations with Fearless Women who are trailblazers in business, arts and culture, politics, and more. Listen as they share their stories, the challenges, and insights into how they’ve been driven to change the world and make it a better place, in whatever arena they are competing in.

4. The Leadership Strategies for Women Podcast

This is hosted by Ellie Nieves. Ellie is a Women’s Leadership Speaker and Coach. Tune in for expert advice and leadership strategies to help women show up, speak up, and step up in their careers and personal live. 

5. This Woman Can 

This Woman Can feature content and interviews to help women advance in their leadership ambitions in life and career. With personal insights from executive coach and host Janice Sutherland, hear interviews with inspiring female leaders and entrepreneurs around leadership, personal success, advancement, and work/life alignment.

Women and leadership : your differences are your best assets

Women and leadership : your differences are your best assets

No alt text provided for this image

Today  is International Women’s Day. The first “International Women’s Day” took place in 1910 at the initiative of socialist working women who fought against discrimination at work. It was not until 1977 that the UN instigated this day for the whole world. So it took 67 years for women to get the recognition of their struggle! 

What also emerges from this story is that women’s struggle began in the workplace and particularly in companies. Initially led by female workers, who at the time were among the most qualified women, the professional  environment plays a key role in female emancipation. 

So where do women stand in today’s professional landscape? And does today’s professional environment favour their emancipation? 

No, men and women, is not the same fight …

To be able to work properly on the issue of women’s leadership, we must start by stating simple truths: men and women, we are not the same!

Neuroscientists have shown that men’s and women’s brains have the same architecture. What differs are the hormones that regulate neurotransmitters. To date, no one has been able to demonstrate the correlation between the role of hormones and behaviour. 

What has been proven is that the construction of our brain is shaped by the social, emotional and cultural environment. Women moved out of their homes to start working in companies after the Second World War. Seventy years later, women’s involvement in the life of their homes is greater than that of men, even when women hold high positions of responsibility and/or are more qualified than their husbands. 

Between the female hormones that influence neurotransmitters and the social construction of the brain, let’s admit that men and women have specific behaviours. In my opinion, we cannot reflect on female leadership if we maintain the myth that men and women react identically in their professional environment.  

Abolishing men-women differences is not enough 

No alt text provided for this image

Men have created the management structures that have governed companies from the paternalism of the 19th century to the pyramidal and vertical management of the 20th century. This vertical management has its roots in the functioning of the army, where the use of a strong deep voice, disempowering those considered less performant and power struggles were valued. Today, it appears that in the working environment, male managers behave more assertively, are more likely to impose their opinion, delegate less and are more involved in political games. 

Faced with vertical management, women have pointed out the inequality of opportunity and the wage discrimination they suffer. This struggle is legitimate and is progressing, too slowly but it is moving forward. 

In the developed countries, education between men and women is currently broadly the same and there are even significantly more women in higher education. The issue of the wage gap is therefore the point that hurts. “Equal skills, equal pay”: All studies prove that this is not the case and that there is clear discrimination at this level. Maternity remains a barrier to career advancement. Not to mention the problem of harassment at work, whether moral or sexual. 

However legitimate and necessary these struggles may be, the issue of women’s leadership must look beyond gender parity. Abolishing injustices is one thing, but fighting for values is another. So what are the values that women defend in terms of leadership and how can these values be carried loud and clear in today’s professional landscape?

A favorable trend to the development of Women’s leadership

Women’s leadership does not fit the vertical hierarchical structures that have prevailed in companies since the 20th century. And this is a good thing! Because vertical hierarchical structures tend to disappear. 

Start-ups exploded this model from the 1990s onwards. They went from micro-structure to organisations developed on several sites, even several countries. What characterises start-ups today is the fact that the creative process is encouraged and that processes and procedures do not govern the decision-making circuits. 

At the same time, business management models have evolved. Large companies are seeking to set up management systems that reconcile flexibility and homogenisation of practices. Labelled as scrum, agile, no-boss, etc … the new management models are more flexible and more “flat”. 

Work is also organised differently. The first observation is that part-time work continues to develop. What used to be a hindrance to career advancement is now becoming an advantage. Maternity leave, breaks, part-time work to reconcile work and childcare: women have learned to manage the discontinuity in their careers. Today, however, job security is decreasing and where men struggle with an unexpected career break, women are more likely to adapt and bounce back. Secondly, linear careers are becoming increasingly rare. Here again, men must deprogram themselves and learn to reinvent themselves through successive experiences. 

The current Covid19 crisis has shown to men that handling both home and work is a struggle. Unfortunately, surveys have shown a setback in gender equality with a lot of women dropping fully or partially their job during the confinement to take care of the kids while men were keeping professionally active. This shows again how important the workplace is in women emancipation. 

The ability to bounce back and enrich one’s career path with a variety of experiences is beginning to be increasingly valued, even if there is still some way to go in this direction. What used to be called atypical careers go from being a “handicap” to being an asset… There are even firms specialising in recruiting for these atypical careers. This is another area where women can develop more easily than men. 

Women’s leadership is better equipped for tomorrow

No alt text provided for this image

In an article published in June 2019 in the Harvard Business R, Professors J. Zenger and J. Folkman found that women significantly outperformed men in the following leadership competencies: initiative (56%), resilience (55%), ability to develop (55%), the research of results (54%), intellectual integrity (54%), ability to develop, inspire and motivate others (54%). 

It is very clear that these skills are the most sought-after skills in 21st century management 3.0. These skills can be grouped under three types of intelligence in the etymological sense of the term, intelligere: putting things together.

1/Collective Intelligence

  • Collaborative and inclusive approaches are developing over silos between departments. 

  • Whereas a department may have been embodied by a boss, new functional and matrix management forms are developing nowadays.

  • Women are more comfortable than men in collaborative work where delegation of initiatives and decentralisation of decisions are key.

2/ Emotional Intelligence

  • Experimental approach is favoured nowaday, with regular revision processes if the direction taken is wrong. 

  • Women are more likely to admit their mistake with humility and take a step back to reassess and correct the situation. In that regard, the added value of emotional intelligence will increasingly take value especially since a lot of automatized processes will be taken over by AI processes.

3/ Multipotential Intelligence

  • Where employees were asked to apply instructions in the past, they are asked to find solutions.

  • Women find it easier to integrate that problems must be dealt with in a holistic manner, taking into consideration the environment, people’s personalities and their aspirations.

A space to invest for women’s leadership

In these new models, structures, practices and work organisations, women have a space where they can develop their skills, assets and experiences. They have the advantage over men, they do not have to unlearn what decades of vertical management have taught them.

No alt text provided for this image

In order to invest this space, women must open up the field of their struggle. Reducing this struggle to securing positions of responsibility or equal pay with men is not the only way to fight for their cause. On the other hand, continuing to develop women’s leadership in a professional world that is favourable to them is another path that must be invested in in a much more conscious and militant way in order to become “role models” for our daughters who follow us and all the generations of women who will succeed us.

Luz d’Ans is an Executive Coach certified by the ICF. A graduate of Sciences-Po Paris, she worked for 15 years in large international groups as a Risk Manager in France, Singapore and Switzerland. She is trained in neuroscience applied to leadership (neuroleadership) and systemic corporate coaching. She accompanies individuals and companies through the challenges of their transformations: complex projects, talent upskilling and business recovery after a life accident. She also teaches leadership at Sciences po Paris, School of Management and Innovation. 

Bibliography :

·      Catherine Vidal, « Hommes, femmes, avons-nous le même cerveau ? », 2007, Paris, Le Pommier.

·      Jack Zenger, Joseph Foklman, « Research. Women score higher than men in most leadership skills”, June 25 2019, Business Harvard review.

·      Luc Bretones, « Pourquoi le travail passera, dans le futur, par de nouvelles formes de gouvernance », 7 Août 2019, Business Harvard review France.

·      Tomas Chamorro-Premuzic, “As long as we associate leadership with masculinity women will be overlooked”, March 8 2019, Business Harvard review.

Ma participation aux conférences RiskIn et RiskMinds reportée fin 2020

Ma participation aux conférences RiskIn et RiskMinds reportée fin 2020

En ce dĂ©but d’annĂ©e chaotique, j’avais deux confĂ©rences planifiĂ©es pour des professionnels du Risk Management en mars et en mai 2020. Heureusement, le risque coule dans l’ADN des organisateurs et c’est donc très rapidement qu’elles ont Ă©tĂ© l’une et l’autre reportĂ©es fin 2020. J’aurais donc le plaisir :

  • d’animer un atelier de coaching Ă  la ConfĂ©rence Risk-In reportĂ©e au 25-27 novembre Ă  Zurich
  • de prĂ©senter une confĂ©rence sur “Leadership and Influence” au RiskMinds International reportĂ© au 8-10 dĂ©cembre Ă  Barcelone

Je remercie Risk-In Conference and RiskMinds International pour leur confiance. Je suis ravie d’honorer leur invitation ayant moi-mĂŞme Ă©tĂ© une professionnelle du risk management pendant une quinzaine d’annĂ©es dans la finance Ă  Paris et Ă  Singapour.

J’ai donc un peu de temps devant moi pour peaufiner ma copie, en espĂ©rant que la sortie de cette crise se fera le plus rapidement possible tout en respectant la meilleure gestion de risque possible !

Devenons des êtres (télé)sociaux

Devenons des êtres (télé)sociaux

Nous sommes tous mĂ©dusĂ©s par la situation inĂ©dite que nous fait vivre la crise liĂ©e au coronavirus. A ce jour, il est clair que nous allons passer plusieurs semaines confinĂ©s Ă  la maison. Pour la  plupart des cadres, le tĂ©lĂ©travail est de mise. Pour les personnes seules, l’isolement est inĂ©vitable. Pour les familles avec enfants, le bruit incessant et l’agitation quotidienne sont de mise ….

Comme toujours, les discours moralisateurs qui appellent au retour aux choses simples se multiplient : faire des bains de nature, se recueillir dans la lecture, mĂ©diter, se recentrer sur son foyer, ses enfants. Certes, ceux qui sont dĂ©jĂ  dans cette dynamique pourront facilement franchir le pas. Mais pour d’autres, un retour Ă  la maison et la sensation d’ĂŞtre coupĂ©s du monde peut vite devenir un scenario cauchemardesque. Cette pĂ©riode de confinement nous fait rĂ©aliser Ă  quel point nous sommes des ĂŞtres sociables.  

Redécouvrir une vie télé-mobile heureuse 

S’il y a un droit que nous prenons pour acquis et qui est mis Ă  mal avec la crise du coronavirus, c’est notre droit Ă  la libre-circulation. La dernière fois que ce droit a Ă©tĂ© outrepassĂ© par l’urgence de la situation est pendant la seconde guerre mondiale : les enfants ont Ă©tĂ© renvoyĂ©s des Ă©coles, les habitants ont Ă©tĂ© confinĂ©s … !

Mais aujourd’hui, rien de comparable, nous vivons un tout autre type de confinement. Bien que nous ne puissions plus circuler, nous pouvons toujours rester connectés aux autres grâce à internet et à la téléphonie. Nous devons donc réinventer une nouvelle forme de socialisation avec ces outils. Nous pouvons par exemple mettre en place des visio-conférences dont l’objectif serait simplement de sociabiliser : la pause-café en visio-conférence !

No alt text provided for this image

C’est aussi l’occasion de cesser d’échanger frénétiquement des SMS, mails et what’s app pour retrouver le plaisir de passer des heures au téléphone avec ses proches, des personnes âgées, des amis perdus de vue … Le rythme effréné de notre vie fait que nous choisissons de lire ces messages et d’y répondre quand bon nous semblent. Avec cette pause forcée, c’est le moment de ralentir aussi ces messages textés et de revenir au plaisir de parler, d’apprendre à se connaître et pas seulement se côtoyer parce que nous nous croisons au travail, à l’école ou entre voisins …

Finalement, ce qui nous manque dans cet isolement social est de parler, d’échanger des informations, même anodines. Bref, de créer des liens car nous sommes avant-tout des êtres sociables ….

A nous de devenir des êtres télé-sociables ! Et de garder ces bonnes habitudes lorsque la crise du coronavirus sera dépassée.

Réfléchir à l’après-crise et se projeter

Avez-vous remarqué que lorsqu’on reste à la maison, un de nos premiers réflexe est de mettre de l’ordre dans ses affaires ? On veut y voir clair, jeter ce qui nous encombre et faire de la place. C’est la même chose dans notre vie. Accueillez cet instant réfléchir à votre mode de vie et à votre futur professionnel. Est-ce que la vie que je mène me satisfait? Correspond-elle à mes valeurs ? Que faudrait-il changer ? A quoi j’aspire ? Par où commencer ?

Car toute période de crise est aussi une opportunité pour changer ses comportements. Les neurosciences le disent : le cerveau crée très facilement des habitudes, Dans un environnement constant, les habitudes sont quasiment impossibles à briser. Il faut un changement total de paradigme comme celui que nous vivons pour briser le cycle des habitudes et être poussés à évoluer dans nos pratiques professionnelles mais aussi personnelles.

Qui dit confinement, ne dit pas repos. Entre nos tâches quotidiennes, le travail à distance et pour les parents, les enfants à la maison, le rythme reste intense. Malgré tout, c’est le moment d’ouvrir une fenêtre sur soi-même, celle que l’on évite d’ouvrir tant le rythme de notre quotidien professionnel est habituellement tendu et incessant.

No alt text provided for this image

Pour ouvrir cette fenêtre, ouvrez votre ordinateur et connectez-vous en visio avec votre executive coach préférée:-) J’offre à tout cadre désireux de réfléchir à sa carrière UNE HEURE DE CONSULTATION GRATUITE pour décortiquer son profil LinkedIn.

Dans le contexte actuel, parce que nous devons tous faire un effort collectif, je suis heureuse de pouvoir offrir de mon expertise et mon temps. Intéréssé(e) ? Alors cliquez ICI.

Luz d’Ans est Executive Coach certifiĂ©e par l’ICF. DiplĂ´mĂ©e de Sciences-Po Paris, elle a travaillĂ© pendant 15 ans dans des grand groupes internationaux en tant que Risk Manager en France, Ă  Singapour et en Suisse. Elle est formĂ©e aux neurosciences appliquĂ©es au leadership (neuroleadership) et au coaching systĂ©mique d’entreprise. Elle accompagne les individus et les entreprises dans les dĂ©fis de leurs transformations : projets complexes, upskilling des talents et reprise d’activitĂ© après un accident de vie.

Le manager v.3.0 : avoir de l’influence ou être un influenceur ?

Le manager v.3.0 : avoir de l’influence ou être un influenceur ?

 Avez-vous remarqué que dans la littérature du leadership, l’influence est souvent considérée comme une compétence ou “soft skill” à acquérir. Savoir influencer son organisation consisterait à créer plus de confiance avec son équipe ou ses partenaires, étendre son réseau pour diffuser ses idées et promouvoir ses projets ou réalisations. Bref, faire plus, plus, plus … Et si tu fais plus, tu deviendras grand et seras capable d’influencer, petit scarabée …

Cette façon de penser illustre une fois de plus que, souvent, les entreprises restent dans une logique de capitalisation. De la même manière que l’on capitalise des connaissances ou de l’expérience, on capitaliserait sa capacité d’influencer. Or, à mon sens, on peut être un bon influenceur quels que soient son poste et/ou son ancienneté. Car il y a une différence de taille entre AVOIR  de l’influence et ETRE un influenceur. Dans le premier cas, il s’agit en effet d’une soft skill de plus, dans le second cas, c’est un état d’esprit qui devient de plus en plus recherché par les recruteurs. Alors, qu’est-ce qu’être un influenceur ? 

Linkedin a récemment publié les soft skills les plus recherchées par les entreprises en 2019 (à lire ICI). Voici le top 5 :

  • CrĂ©ativitĂ©
  • Persuasion
  • Esprit d’équipe
  • AdaptabilitĂ©
  • Intelligence Ă©motionnelle

Je pense que si on avait voulu faire le portrait-robot du bon influenceur, on n’aurait pas su le définir avec des caractéristiques plus justes, vous ne trouvez pas ?.

Alors reprenons tous ces softs skills pour voir comment l’influenceur les applique au travail.

DĂ©velopper son intelligence Ă©motionnelle ou ĂŞtre en posture d’Ă©coute ?

Un influenceur connecte avec les autres. Pour cela, l’influenceur prend une posture d’écoute. Etre dans l’écoute Ă©vite d’être soit dans une posture haute (qui porte un jugement sur son interlocuteur) soit dans une posture basse (qui attend l’apprĂ©ciation de son interlocuteur). Nos antennes d’intelligence Ă©motionnelle sont dĂ©ployĂ©es.

Etre adaptable ou bien connaître son environnement ?

Pour influencer, il faut savoir communiquer … C’est un grand poncif ! Concrètement, qu’est-ce que cela signifie ? C’est de savoir adapter sa communication Ă  son interlocuteur ou plus exactement Ă  la relation que vous entretenez avec lui … Est-ce un soutien Ă  mettre de votre cĂ´té ? Est-ce un client Ă  satisfaire ? Est-ce une personne qui a des attentes contraires aux vĂ´tres ? Savoir conscientiser et formaliser quelles sont les forces alliĂ©es et forces de rĂ©sistance dans votre environnement est une façon efficace d’adapter votre communication. Un coach systĂ©mique saura faciliter ce travail de manière efficace.

Persuader oui, embarquer c’est encore mieux !

Savoir s’adapter, c’est aussi dĂ©velopper une certaine empathie qui vous permettra de vous mettre Ă  la place de votre interlocuteur pour cerner ses attentes, ses doutes et ses peurs. Si vous avez dĂ©veloppĂ© votre intelligence Ă©motionnelle et votre capacitĂ© d’adaptation, la persuasion suivra. Je ne dĂ©teste rien tant que l’expression « dĂ©velopper votre force de persuasion ». On associe souvent l’influenceur au manipulateur. Il n’en est rien : l’influenceur propose lĂ  oĂą le manipulateur imposera in fine sa solution. L’influenceur persuade certes mais c’est une consĂ©quence du travail qu’il rĂ©alise pour embarquer les personnes autour de lui Ă  le suivre.

Travailler en Ă©quipe ou co-construire ?

L’influenceur est donc un Ă©lĂ©ment moteur dans un groupe. Cela ne veut pas dire qu’il a le poste le plus Ă©levĂ© ou la personnalitĂ© la plus en vue au sein de l’équipe. D’ailleurs, l’influenceur n’est pas toujours bien vu de son supĂ©rieur hiĂ©rarchique (qui parfois peut se sentir menacĂ©). En effet, l’influenceur est naturellement reconnu car il est capable de trouver la bonne solution. Mais il ne l’invente pas seul ! L’influenceur co-construit ses solutions en Ă©coutant les Ă©lĂ©ments apportĂ©s par les autres. C’est aussi pour cela qu’il sait si bien persuader. Ce qui fera le petit “plus” de l’influenceur est sa capacitĂ© Ă  trouver la solution qui sortira des clous, Ă  laquelle on n’aurait pas pensĂ© de prime abord.

Etre créatif ou savoir comprendre ses échecs ?

L’influenceur se nourrit des autres mais aussi de ses expĂ©riences passĂ©es. Il sait analyser ses succès mais aussi ses Ă©checs. Dans le monde du travail, nous sommes considĂ©rĂ©s comme des « savants » : aussi, dès que nous ne rĂ©ussissons pas dans nos fonctions, cela est considĂ©rĂ© comme un Ă©chec par les autres mais aussi (et parfois avant tout !) par nous-mĂŞmes. Dans l’enfance, nous sommes considĂ©rĂ©s comme des « apprenants », nos expĂ©riences nous font grandir. L’influenceur sait prendre une posture d’apprenant. Et comme l’influenceur travaille en Ă©quipe, il saura d’autant plus facilement alerter le groupe en lui disant : « Attention, nous ne sommes pas lĂ  oĂą nous devrions ĂŞtre, prenons du recul et envisageons les choses un peu diffĂ©remment en considĂ©rant ce que les Ă©checs rencontrĂ©s nous enseignent ».

manager 3.0 influence influencer

Après le boss, le leader par l’exemple, les théories du management s’orientent vers une version du manager 3.0 qui a tous les attributs de l’influenceur. Ceci est d’autant plus vrai que l’influenceur saura se montrer à l’aise dans les organisations agiles qui fleurissent actuellement.

AVOIR des qualitĂ©s d’influenceur est un plus mais ETRE un influenceur est une attitude qui s’apprend. Travailler avec un coach vous permettra de devenir vous-mĂŞme un influenceur.

Quelques mots sur l’auteur

Luz d’Ans est Executive Coach. DiplĂ´mĂ©e de Sciences Po (Paris), elle a travaillĂ© pendant 15 ans dans des grand groupes internationaux en tant que Risk Manager. Elle est formĂ©e aux neurosciences appliquĂ©es au leadership (neuroleadership) et au coaching systĂ©mique d’entreprise. Elle accompagne les entreprises dans les dĂ©fis de leurs transformations : prise de poste, situation complexe, reprise d’activitĂ© après un accident de vie.

Comment un accident de vie a donné du sens à ma carrière ?

Comment un accident de vie a donné du sens à ma carrière ?

En tant que coach, je demande souvent à mes clients de dresser le bilan des années passées. Il arrive en effet fréquemment qu’un coaché se sente insatisfait de sa situation actuelle alors que s’il considère sa trajectoire dans son ensemble, il sera alors beaucoup plus conscient de ce qu’il a accompli.

Plonger dans son passé est donc un exercice puissant qui nous permet de nous reconnecter avec notre histoire. J’ai donc décidé de me plier à cet exercice pour la décade passée. Etes-vous prêt à me suivre pour ce voyage dans le passé ?

Retour sur la décade passée

Retour donc il y a 10 ans, début 2010. Qui étais-je à 33 ans ? Une jeune femme, expatriée à Singapour, alliant carrière et un premier enfant. Je suis risk Manager en banque privée et ma carrière est « exemplaire » : Sciences-Po, audit, banque privée…

2011. L’année est rythmée par les tentatives pour avoir un second enfant. Après des difficultés que, comme beaucoup de jeunes femmes j’ai passé sous silence, j’attends finalement une petite fille née en 2012.

2012. Je reprends le travail. Un an après la naissance de ma fille, à ma grande surprise, j’attends un troisième enfant. Cette décennie a donc été celle qui a transformé mon noyau familial de trois personnes en une tribu de cinq ! Je suis comblée !

2013. C’est l’annĂ©e de la naissance de mon troisième enfant ainsi que l’annĂ©e oĂą j’ai posĂ© la première pierre d’une transformation totale dans ma vie. Mais ce processus a commencĂ© de manière très douloureuse puisque je dĂ©couvre, enceinte de 7 mois, que j’ai un cancer du sein. Les pronostics ne sont pas en ma faveur … Je donne naissance prĂ©maturĂ©ment Ă  mon fils afin de pouvoir commencer mes traitements.

2014. Cette année reste un grand trou noir. Je débute un parcours de soin qui prendra fin en 2017. J’ai souvent eu le sentiment d’être dans un univers parallèle, déconnectée des « autres », c’est-à-dire des bien-portants. Pourtant, c’est dans cette période que j’ai engagé un profond changement de vision sur le monde.

2015. Entre deux chirurgies reconstructrices, je reprends le travail avec un immense espoir : celui de reprendre ma vie lĂ  oĂą la maladie l’avait volĂ©e deux ans plus tĂ´t. Je vis toujours Ă  Singapour et j’ai la chance de travailler pour une entreprise au comportement exemplaire et des managers bienveillants. Je retrouve donc mes responsabilitĂ©s et mon Ă©quipe avec des horaires adaptĂ©s. Après deux ans sans autres repères que les RDV mĂ©dicaux, c’est un vrai soulagement de retrouver un temps structurĂ© et un espace familier … Le travail est toujours aussi intense et les collègues se plaignent des changements incessants mais j’ai le sentiment au contraire que tout est en place, immuable, presque rassurant … Les rĂ©organisations ne sont que des Ă©piphĂ©nomènes. L’entreprise est rachetĂ©e mais cela ne me stresse pas. En revanche, je lutte contre de gros problèmes de concentration. Petit Ă  petit, je me rĂ©tablis physiquement mais mes capacitĂ©s cognitives sont affaiblies. J’ai le sentiment Ă©trange d’être Ă  la fois prĂ©sente et absente. Je commence Ă  me poser la question de quoi faire de cette vie que je peux Ă  nouveau envisager : continuer Ă  travailler pour Ă©voluer dans mes responsabilitĂ©s ne me suffit plus. C’est quasiment du jour au lendemain que je dĂ©missionne. Dans une perspective de dĂ©veloppement personnel, je dĂ©cide de rejoindre une Ă©cole de coaching dont l’enseignement est basĂ© sur les neurosciences. J’Ă©tais loin de me douter Ă  l’Ă©poque que je deviendrai coach !

2016. Je suis encore incapable de me projeter dans une carrière mais je dĂ©cide de me donner du temps et de me consacrer Ă  ce que j’aime. Avec l’aide d’une coach, je me lance dans un travail d’introspection. Un beau jour, je lui parle de cette petite collection de bijoux anciens que j’avais commencĂ© Ă  constituer des annĂ©es avant. Je me mets Ă  en acheter de nouveaux que j’avais vu ma grand-mère chiner. Des amies me poussent Ă  en acheter pour elles et de fil en aiguille me voilĂ  en train de constituer un petit business. Contre toute attente, je vis dĂ©cemment de ce commerce. Mais ce n’est pas le plus important…  Grâce Ă  cette activitĂ©, mes neurones se remettent en mouvement et je dĂ©couvre l’envie de rĂ©aliser quelque chose qui me dĂ©passe pour satisfaire des clients. Les bijoux ne me suffisent plus. Je coache occasionnellement depuis un an et les rĂ©sultats obtenus par les coachĂ©s me donnent une satisfaction Ă©norme. J’hĂ©site Ă  me lancer … Je prends pourtant dĂ©jĂ  la dĂ©cision que je crĂ©erai ma propre entreprise de coaching et conseil et qu’elle portera le nom d’ORISE, contraction du verbe anglais « rise » et du mot « horizon ».

2017. Notre expatriation prend fin. Gros retour en arrière avec un déménagement très bref en Suisse puis en France. De nouveau, je sens que je ne suis qu’un fétu de paille trimballé deci delà par les événements. Mais ma détermination ne flanche pas. Je revends mon commerce de bijoux. Je continue à me former et à affirmer ma pratique de coaching. Nous achetons une maison en France, en Alsace, la région de mon mari. Je décide de la rénover de bas en haut. C’est mon bastion, mon ancrage, l’endroit où mes enfants construiront leurs souvenirs d’enfance. Je sens que mon énergie revient.

2018. L’annĂ©e oĂą tout explose. Je crĂ©e ORISE Management et commence une mission d’accompagnement au changement et de coaching dans une grande banque. Cette mission durera un an. La richesse des Ă©changes a Ă©tĂ© Ă  la hauteur du challenge. Les coachings individuels s’enchainent. C’est l’annĂ©e qui marque ma rĂ©mission officielle : les cinq ans après mon diagnostic. J’ai envie de partager mon parcours et crĂ©e une page Facebook appelĂ©e « C my NEW me : c’est mon nouveau moi avec ou après le cancer ». Je tĂ©moigne comment je me suis relevĂ©e du cancer. Je fais tĂ©moigner des amis. Très vite, de nombreux followers rejoignent cette page dĂ©diĂ©e aux malades du cancer et Ă  tous ceux qui se sont rĂ©vĂ©lĂ©s dans un accident de vie. 100, 500, 1000 personnes et aujourd’hui nous sommes 3 300, plus de 100 personnes ont tĂ©moignĂ© et j’ai rassemblĂ© une Ă©quipe de 5 bĂ©nĂ©voles. Cette rĂ©alisation est certainement une des grandes fiertĂ©s dans ma vie. J’ai crĂ©Ă© “C my NEW me” avec ma conviction de coach que si on arrive Ă  projeter une vision de soi, on peut lever ses blocages et ĂŞtre amenĂ© Ă  rĂ©aliser les choses qu’on espĂ©rait et mĂŞme au-delà ! Je me remets Ă  la musique, j’apprends le piano et la comĂ©die musicale. J’expĂ©rimente avec dĂ©lice la neuroplasticitĂ© de mon cerveau Ă  travers ces activitĂ©s artistiques.

Retour à l’année dernière, 2019. Le coaching occupe ma vie jour et nuit. La journée, je pratique mon activité. Mes enfants ne se réveillent plus le soir mais je dors toujours peu car c’est le moment où je prends le temps de lire et réfléchir aux fondamentaux du coaching. J’élabore mes propres programmes et des outils de coaching originaux et impactants comme par exemple un jeu de carte à pratiquer en groupe. C’est aussi l’année où je me réconcilie avec mon histoire. Toujours avec beaucoup de difficulté car pour être honnête, je traîne toujours ce sentiment irrationnel que le cancer est un « échec ». Mais j’arrive à parler à visage découvert de cette expérience, notamment dans un TED Talk à Bâle. Je continue à développer mon entreprise auprès de mes clients particuliers ou corporate que je remercie pour leur confiance.

5 leçons que ces 10 années m’ont apprises

Ouf … C’est vertigineux de revenir sur ces dix années à la fois difficiles et fantastiques. Mais je retiens de cet exercice cinq leçons qui m’éclairent sur mon travail de coach.

Première leçon – Tout d’abord, je ne suis plus la jeune femme que j’étais Ă  33 ans, j’ai mĂŞme parfois du mal Ă  concevoir qu’il s’agit de moi lorsque je regarde des photos de moi Ă  cet âge. Et il y a fort Ă  parier que je serai de nouveau une autre femme dans 10 ans. Nos vies et nos carrières ne sont pas linĂ©aires. Nous rencontrons tous des moments plus difficiles, voire de vĂ©ritables ruptures. Apprendre Ă  intĂ©grer ces difficultĂ©s dans notre trajectoire de vie pour leur donner un sens donne une force incroyable. Dans l’adversitĂ©, des ressources insoupçonnĂ©es peuvent se rĂ©vĂ©ler.

Deuxième leçon – J’ai dĂ©couvert qu’il peut ĂŞtre plus long de se remettre d’une diminution de mes capacitĂ©s cognitives que de surmonter qu’une incapacitĂ© physique. Je le vois très clairement en tant que coach avec des clients victimes de burn-out : ils se sentent souvent coupables de s’être effondrĂ©s alors que par ailleurs, « tout allait plutĂ´t bien ». J’en tire comme leçon qu’il faut prendre le temps de se reconstruire en se disant que ce qu’on fait prendra sens ensuite. Dès que vous avez le sentiment de subir, il est temps de faire un pas de cĂ´tĂ© et de prendre le temps de retrouver quelle est votre mission de vie.

Troisième leçon – Etre capable de surmonter ses blocages est essentiel pour devenir acteur de votre propre vie. Nous sommes par nature adverse au changement. DĂ©passer ses blocages, c’est aussi se donner les moyens de relever de nouveaux challenges. C’est parfois plus simple de commencer par des Ă©tapes qui nous sommes plus accessibles (les bijoux en ce qui me concerne) pour reprendre confiance en soi.

Quatrième leçon – Trouver sa place dans ce monde est essentiel. Les accidents de vie nous coupent du monde. Or, savoir vivre en groupe est essentiel Ă  notre bonheur, et ce, que nous soyons extravertis ou que nous ayons le besoin de nous ressourcer en solitaire. Dans l’entreprise, nous subissons un groupe que nous n’avons pas nĂ©cessairement choisi. Apprendre Ă  Ă©changer avec ce groupe pour pouvoir construire ensemble peut ĂŞtre une grande source de satisfaction. Pour cela, il faut pouvoir dĂ©samorcer les conflits de groupe qui ne sont souvent que la cristallisation de blocages vĂ©cus de part et d’autre. C’est pour cela que j’aime accompagner les Ă©quipes qui ne rĂ©alisent pas leur plein potentiel, car la satisfaction d’un groupe nourrit la satisfaction des individus qui le composent.

Cinquième leçon – Partager est essentiel. Vivre sans transmettre vos expĂ©riences, bonnes ou mauvaises c’est se priver d’un levier incroyable pour donner du sens Ă  sa vie et nourrir sa mission de vie. Cela peut paraĂ®tre insensĂ© mais je ne suis pas sĂ»re que je serais arrivĂ©e Ă  rĂ©aliser ce chemin si je n’avais pas Ă©tĂ© malade. Je suis lĂ  oĂą j’ai toujours voulu ĂŞtre : dans l’accompagnement humain et la recherche de solutions. Etre malade m’a forcĂ©e Ă  prendre des dĂ©cisions en dĂ©pit de mes craintes et de mes blocages. Et c’est cette force que je souhaite transmettre aux individus et entreprises que j’accompagne : surmonter des situations complexes et se donner les moyens de rĂ©aliser leurs ambitions. 

Merci d’avoir fait ce voyage dans le passé avec moi. Et vous, quels enseignements tirez-vous de ce petit exercice de « retour dans le passé » ?